Editorial

(…) L’espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
(Charles Baudelaire, extrait de spleen)

Comme prévisible, le petit et sémillant prince de la « modernisation capitaliste heureuse » a été élu président de la République avec plus de 20 millions (44% des inscrits) contre près de 11 millions (22% des inscrits) pour Le Pen. Toutefois en présence de près de 26%, d’abstentions – un record pour des présidentielles – et autour de 9% de votes blancs et nuls, un autre record absolu, soit 16 millions de voix au total. Autre problème pour le président, une partie de ceux qui ont voté Macron l’ont fait contre Marine Le Pen. Et dans un sondage récent 61% des Français ne souhaitent pas lui donner une majorité. Le soir du son élection, Macron, tel Bonaparte en Égypte, a remercié ses électeurs devant la pyramide du Louvre. Faut-il lui rappeler comment s’est terminée la campagne d’Égypte ?