Actualités

Ce traité le 22 janvier 2019 entre la France et l’Allemagne fait suite au traité de l’Elysée du 22 janvier 1963, dit « traité d’amitié et de coopération » signé par le général De Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer.

Alex Callinicos est professeur d’études européennes au King College de Londres et rédacteur en chef du socialisme International.

L’élite politique britannique, aux prises avec le processus du départ de l’Union européenne, est face à deux contradictions fondamentales. La première découle de l’équilibre des pouvoirs entre l’UE des 27 et la Grande-Bretagne. Étant donné que le capitalisme britannique est fortement tributaire de l’accès au marché européen, l’UE a eu la main lourde dans les négociations de sortie. C’est pourquoi le traité de retrait et la déclaration politique sur les futures relations entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne qui a été signé le 25 novembre a été pleuré à Londres et célébré à Bruxelles.voir l’attaque remarquable par l’ancien gouverneur de la banque d’Angleterre, Mervyn King, 2018.

Une « Union » européenne décidée à faire payer le Brexit aux Britanniques, mais...

La GB tout en n’étant pas dans l’euro a profondément influencé l’ouverture de l’Europe à la mondialisation, Londres étant l’une des premières places de la finance mondiale et la matrice du retour libéral en matière économique et sociale. Il y avait un grand nombre de fonctionnaires européens, d’experts, de lobbies britanniques qui s’évertuaient à encore plus de dérégulation. D’où une certaine panique à Bruxelles : que deviendra l’Europe sans la Grande Bretagne ?

Xi Jinping, continuateur des réformes de Deng Xiaoping

HONG KONG. Dans un discours qui marque le quarantième anniversaire des réformes Deng Xiaoping, le Président chinois Xi Jinping s’est engagé à poursuivre les réformes économiques.

Venezuela :

Ils préparent un gouvernement de « transition » !
Non au Putsch impérialiste !

Nous en sommes à la dernière phase d’un coup d’Etat qui a commencé sous l’administration d’Hugo Chávez, lorsqu’ils l’ont renversé et placé en détention avant d’être vaincus par la mobilisation populaire. Déjà à l’époque les golpistes disaient se dresser contre la dictature alors qu’ils organisaient des manifestations et participaient aux élections successives qu’en général ils perdaient, et lorsqu’ils les remportaient, celles-ci n’étaient pas contestées par le gouvernement.

Sous-catégories